L'impact de la data: les data centers
actu-fr

L’IMPACT DE LA DATA : LES DATA CENTERS

By 25 janvier 2023 No Comments

Nous connaissons déjà l’impact que les flux de données ont sur l’environnement. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au stockage de ses données. En effet, toute entreprise gérant une masse importante de données doit utiliser un data center, que ce soit en interne ou en externe. Voyons donc les effets qu’ont les data centers sur la planète, et comment ces effets peuvent être optimisés.

 

 

La pollution des data centers

Les flux de données ne s’arrêtent pas, alors les data centers non plus. Ils fonctionnent 24h/24, 7j/7, et génèrent premièrement beaucoup de chaleur, qui est rejetée dans l’environnement. D’autre part, la chaleur qu’ils génèrent nécessitent de les refroidir pour assurer leur bon fonctionnement. Selon Carbo, un spécialiste de l’empreinte carbone en entreprise, les onduleurs et la climatisation représentent ainsi la moitié de la consommation énergétique d’un data center. En effet, un data center a environ les mêmes besoins en eau que trois hôpitaux, et les data centers en général consomment 2% de l’électricité mondiale.

Ce niveau de pollution n’est pas nécessaire, puisque selon le professeur et chercheur Jonathan Koomey, qui est à l’origine de la loi Koomey sur l’efficacité énergétique des composants électroniques, un quart des serveurs de data center effectuent des tâches inutiles. De plus, selon l’enquête du spécialiste VDI de data center Control Up, 77% des serveurs de data centers sont suréquipés, c’est-à-dire qu’il y a plus de matériel en activité que nécessaire.

Au-delà du fonctionnement des data centers, il y a également leur fabrication. Effectivement, les data centers sont composés de métaux rares non recyclables et souvent collectés de manière peu éthique, et leur fabrication elle-même émet beaucoup de gaz à effet de serre, tout en modifiant l’écosystème où ils sont implantés.

Cependant, le taux de pollution des data centers n’est pas une fatalité, et plusieurs solutions émergent pour répondre à la problématique de leur impact environnemental.

 

Les solutions

Comme première solution, nous pouvons citer l’utilisation de serveurs virtuels, qui ne fonctionnent que lorsqu’ils sont utilisés, permettant ainsi d’économiser de l’énergie. Il y a actuellement 50% de serveurs virtuels dans la plupart des data centers.

Il y a également la relocalisation des serveurs dans des data centers plus efficients, qui permettraient, selon une étude du Berkeley National Laboratory, d’économiser 25% de la consommation d’énergie des data centers. Si seulement 80% des entreprises modifiaient leur infrastructure avec de petits serveurs plus adaptés à leur besoins.

Pour optimiser l’énergie nécessaire au fonctionnement des data centers, plusieurs solutions sont aujourd’hui opérationnelles. On pourra notamment citer :

  • L’utilisation de l’intelligence artificielle pour détecter des opportunités d’optimisation.
  • L’utilisation des énergies renouvelables pour l’alimentation.
  • La dérivation de la chaleur générée par les serveurs pour chauffer des bâtiments annexes ou produire de l’eau chaude, comme dans le cas du data center de la ZAC du Prieuré, qui chauffe le centre aquatique de Marne-la-Vallée.

En parlant de chaleur, des moyens alternatifs peuvent être mis en œuvre concernant le refroidissement des data centers :

  • La méthode dite du « couloir froid », qui consiste à jouer sur le positionnement des serveurs pour qu’ils ne mélangent pas l’air chaud et l’air froid.
  • La méthode « free cooling », qui utilise les ressources naturelles fraîches, par exemple en plaçant un data center dans un pays froid ou en altitude.
  • L’immersion des serveurs dans l’huile, qui absorbe jusque 1500 fois plus de chaleur que l’air.

 

Le futur des data centers n’est ainsi pas complètement sombre énergétiquement parlant, mais la mise en place de ces solutions est plus un marathon qu’un sprint. Cela combine de la planification et de l’innovation.

Leave a Reply